Appuyez sur la touche Retour pour passer au contenu principal

Les avantages de traiter avec un conseiller en placements

Bien comprendre les marchés financiers par vous-même en vue d’investir en toute confiance n’est pas chose facile, surtout dans le contexte de forte volatilité qui perdure. Voilà pourquoi l’aide d’un conseiller en placements est un moyen efficace de faire en sorte que vos objectifs financiers – et votre santé financière globale – ne soient pas trop compromis. En effet, des données récentes montrent que les personnes qui ont recours aux services d’un conseiller en placements ont obtenu des rendements supérieurs de 6,6 % au taux sans risque1 (taux moyen sur les obligations du gouvernement du Canada à 10 ans, du 1er janvier 2001 au 31 décembre 2010) et qu’elles ont réussi à se bâtir un patrimoine dont la valeur est de 2,5 à 3 fois plus élevée2 que celle du patrimoine des investisseurs qui se sont organisés tout seuls.

Collaborer avec un conseiller en placements peut vous aider à adopter de bons comportements tels que ceux-ci :
1. Choisir une combinaison judicieuse de placements – histoire de générer de meilleurs rendements.

Les investisseurs sans conseiller en placements peuvent parfois avoir des placements trop prudents, compte tenu de leur âge, et ne pas avoir une exposition suffisante au potentiel des actifs axés sur la croissance (p. ex. les actions), lesquels peuvent procurer des rendements corrigés du risque supérieurs, sur le long terme. Résultat? Ces investisseurs se retrouvent avec une proportion excessive de placements à faible risque, mais aussi à faible rendement tels que les certificats de placement garanti (CPG) ou les obligations d’État. Une telle prudence peut toutefois compromettre l’atteinte de leurs objectifs de placement à long terme.

Les conseillers en placements encouragent leurs clients à investir dans des titres boursiers. Des données récentes montrent que les investisseurs qui ont suivi ce conseil ont obtenu des rendements supérieurs de 6,6 % au taux sans risque, c’est-à-dire le taux des obligations du Canada à 10 ans. Si l’on prend comme exemple un investissement de 100 000 $, on constate que l’écart de rendement est énorme. Sur 25 ans, cela représente 622 000 $ de plus par rapport à un placement au taux sans risque. Que signifie cette croissance supplémentaire dans la vie de tous les jours? Eh bien, cela permet de payer les études postsecondaires de 20 petits-enfants ou de partir tous les ans en croisière dans la Méditerranée, en couple, pendant 20 ans.

Il est important de se rappeler que les marchés axés sur le potentiel de croissance à long terme d’actifs plus risqués tels que les actions peuvent être affectés par de la volatilité passagère. Toutefois, sur plusieurs années, les incidences négatives des périodes de volatilité sont atténuées.

Les conseillers financiers ont aidé les investisseurs à obtenir des rendements supérieurs de 6,6 % au taux sans risque.

Sur 25 ans, il est possible de toucher un rendement supérieur de 622 000 $ à celui d’un placement au taux sans risque

Croissance supérieure de 622 000 $ à celle d’un placement au taux sans risque sur 25 ans

*Obligations négociables du gouvernement du Canada - rendement moyen - plus de 10 ans; au 30 octobre 2015
Source : Chuck Grace

2. Suivre un plan rigoureux – pour épargner davantage et pour réaliser ses objectifs à long terme.

De nos jours, l'espérance de vie moyenne est meilleure que jamais, soit de 84 ans pour un homme de 65 ans et de 87 ans pour une femme de 65 ans3. Voilà qui est réjouissant, mais qui présente aussi un défi sur le plan financier. Quel que soit votre âge, il importe de déterminer vos objectifs financiers à long terme. Quel style de vie voulez-vous avoir pendant vos années de travail actif? Quand souhaitez-vous prendre votre retraite? Et le moment venu, de combien d’argent aurez-vous besoin pour maintenir le style de vie envisagé?

Des études ont montré que les investisseurs qui ont fait équipe avec un conseiller en placements pendant 15 ans ou plus ont réussi à se constituer un patrimoine dont la valeur est de 2,5 à 3 fois supérieure à celle du patrimoine des investisseurs qui ont fait cavalier seul pour la gestion de leurs avoirs. C’est là un écart qui peut faire toute une différence pour votre confort une fois parvenu à la retraite, et bien sûr pendant vos années actives. Bref, un conseiller en placements peut vous aider à adopter un plan rigoureux en vue d’atteindre vos objectifs et, surtout, vous aider à vous en tenir à ce plan.

Les investisseurs qui font appel à un conseiller en placements ont accumulé un patrimoine plus substantiel (de l’ordre de 2,5 à 3 fois supérieur), comparativement à ceux qui font cavalier seul.

IFIC Value of Advice Report, 2012

Source : Institut des fonds d'investissement du Canda, La valeur des conseils : rapport 2012

3. Maîtriser ses comportements émotifs – pour éviter de prendre des décisions de placement irrationnelles.

Les manchettes économiques font parfois état de turbulences sur les marchés financiers, ce qui peut inquiéter vivement certains investisseurs, au point même de prendre des décisions précipitées susceptibles de compromettre l’atteinte de leurs objectifs. Dans ces périodes houleuses, un conseiller en placements peut aider ses clients à maintenir le cap pour qu’ils évitent les comportements émotifs qui pourraient nuire à leurs objectifs financiers à long terme.

Voici des exemples de comportements typiques observés chez les investisseurs – comportements qu’un conseiller pourra vous aider à éviter.

Adopter une attitude moutonnière Autrement dit, la tendance à suivre le troupeau qui souvent est à l’affût de bons rendements – alors que les titres envisagés ont déjà donné une grande partie de leurs fruits...
S’accrocher à l’espoir Situation où l’investisseur ne tient pas compte des facteurs fondamentaux qui caractérisent une entreprise et achète de ses actions – qui viennent de chuter –, en se disant que le cours boursier de ce titre ne peut que remonter à son niveau antérieur.
Nourrir une aversion pour les pertes La réaction émotive aux reculs boursiers (même de courte durée) est sensiblement plus forte que la réaction à l’égard des gains notables. Pour la plupart des gens, perdre de l’argent est plus troublant que la satisfaction d’en faire.
Avoir un parti pris pour ce qui est familier L’un des partis pris les plus courants est celui que l’on a pour les entreprises de notre pays. À preuve, les Canadiens investissent largement dans les sociétés d’ici, bien qu’elles ne représentent qu’une très faible part de toutes les occasions de placement à l’échelle mondiale.
Faire preuve d’un excès de confiance Ce comportement s’observe chez ceux qui surestiment leurs connaissances et compétences, ou qui tentent de jouer au plus fin avec la bourse.
Prochaines étapes

Si vous n’avez pas de conseiller en placements, nous vous recommandons d’en consulter un. Un conseiller en placements peut vous aider à apporter d’importantes modifications à votre portefeuille, en vue d’améliorer vos possibilités d’atteindre vos objectifs financiers à long terme.

Si vous avez un conseiller en placements, il est probable que vous soyez déjà sur la bonne voie. Mais rappelez-vous : il est important que vous lui fassiez part de tout changement majeur à votre situation (p. ex. héritage ou perte de votre emploi), changement qui pourrait exiger de revoir votre plan financier.

Le présent contenu ne doit pas être utilisé ni interprété comme un conseil en placement ni comme un signe d’approbation ou une recommandation à l’égard des entités ou des titres dont il est question.

1 Rapport de la Ivey Business School intitulé The costs and benefits of financial advice, 2013
2 Rapport 2012 RP-17 du CIRANO, mentionné dans La valeur des conseils : rapport 2012 de l’Institut des fonds d’investissement du Canada. Le rapport du groupe CIRANO se caractérise par la profondeur et la qualité des données sous-jacentes; il s’agit en fait de la base de données la plus grande et la plus élaborée jamais développée à ce jour au Canada pour l’analyse de données à caractère économique. Un sondage initial a été mené par Ipsos Reid en décembre 2010 et un sondage de suivi a été réalisé en août 2011. Les chercheurs du CIRANO ont pu travailler avec un échantillon final de grande qualité, constitué de 3 610 ménages – plus précisément, 1 785 ménages soutenus par un conseiller en placements et 1 825 ménages sans conseiller en placements. On a colligé, à propos de chacun des répondants, de nombreuses données de nature socio-économique et démographique ainsi que des données sur leur comportement comme investisseur. Ce faisant, les chercheurs ont pu procéder à une comparaison des patrimoines accumulés entre des ménages identiques à tous égards, sauf pour ce qui est du choix de traiter ou non avec un conseiller en placements. Grâce à cette riche base de données, les chercheurs ont cerné l’incidence que le recours à un conseiller en placements peut avoir sur l’accumulation d’un patrimoine par un ménage, et ce, indépendamment d’une cinquantaine d’autres variables également susceptibles d’avoir une influence.
3 Statistique Canada

Ressources

Actions/actions de revenu
Fonds sectoriels
Fonds équilibrés
Revenu fixe
Portefeuilles de pension personnels
Actions/actions de revenu
Fonds équilibrés
Revenu fixe
Revenu réel